Ukraine: entre Vénus et Mars qui dit mieux

imageQue peut on attendre de Minsk? Fédérations ou autonomie des provinces de l’Est ukrainien? Vénus fera-t-elle le poids devant Mars? La déesse de l’amour, qui pourrait représenter l’Europe pacifiste et compassionnelle réussira-t-elle à arracher un accord de paix durable au dieu russe qui arme et finance les séparatistes ukrainiens? Les négociations de Minsk s’annonce donc rudes et difficile et Poutine le sait. Il sait également que ses interlocuteurs n’oseront pas franchir le pas vers une guerre généralisée, pour défendre la souveraineté territoriale de l’Ukraine.

Même si Hollande dans sa dernière conférence de presse, avait admis que « la guerre est une réalité » et qu’elle pourrait devenir « totale », la France et l’UE ne s’engageraient jamais dans une guerre où elles n’ont rien en y gagner. D’ailleurs en Chypre, l’UE n’a jamais intervenue pour faire cesser l’occupation militaire turque pourtant un de ses membres, pourquoi le ferait-il donc pour l’Ukraine? On s’en souviendra longtemps de Jean-Claude Juncker qui avait répété par deux fois cette phrase: « Nous ne voulons pas la guerre ». Donc, il est peu probable que l’UE tremblante se laisse entraîner sur ce terrain.

Personnellement j’ai toujours cru que la situation Ukrainienne mais aussi géorgienne sont les contreparties directes du statu quo chypriote que l’Europe cautionne par son attentisme politiquement correct envers l’empire Ottoman depuis 1974 sans oublier les caricatures Bosnie et Kosovo au cœur des Balkans et l’acharnement des occidentaux à vaincre Bashar et non pas l’EI.

Le rendez-vous de la dernière chance pour l’Ukraine, appartient avant tout aux
Ukrainiens, le rôle de l’UE, mais aussi celui de toute les bonnes volontés en Europe, comme ailleurs dans le monde c’est de permettre au peuple Ukrainien de s’exprimer librement et sans ingérence pour son devenir.

Notre mémoire est encore fraîche pour ne pas oublier que c’est l’union européenne en bon caniche vassalisé de Washington qui provoqua, certes indirectement quoique, le coup d’Etat de Maidan en soutenant en grande parti des partis néo-nazis ukrainiens ? N’est-ce pas en Russie que trouva refuge le président ukrainien légitimement élu ? N’est-ce pas le gouvernement félon de Kiev qui par pure provocation pris comme première décision d’interdire la langue russe ? n’est-ce pas toujours Bruxelles et Washington qui provoquèrent la Russie en évoquant une admission de l’Ukraine dans l’UE et une intégration au sein de l’OTAN au mépris des engagements avec la Russie pris sous Eltsine ?

Face au nouveau Tsar du Kremlin, au culte de la force qu’il entretient à renfort d’exhibitions de son torse, de ses muscles, de ses armes,… aucun faucon ne veut se heurter à lui même les États-Unis tergiversent.

Il y a un certain temps on nous disait la main sur le cœur; l’Europe c’est la prospérité, l’Europe c’est la paix, nous y voyons désormais la pauvreté et la guerre.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE