Le trophée de la NBA à Luanda

imageLa galerie des sports du stade omnisports de la Cidadela (à Luanda) a servi de cadre (vendredi 17 octobre 2014) pour la présentation du trophée de la NBA (championnat de basketball Nord-américain). L’initiative de la Super Sport et la NBA Afrique a pour objectif de promouvoir la pratique du basketball en Afrique. La coupe détenu par le San Antonio Spurs a été ensuite exposé à Kilamba kiaxi et à Belas Shopping le samedi avant de s’envoler demain dimanche pour l’Afrique du sud.

Trophée NBA24 heures après la cérémonie de la présentation du trophée et la conférence de presse qui s’en est suivie et après avoir revu les images et relu calmement les articles paru dans les journaux locaux, Il m’a semble important revenir quelques secondes sur certains faits qui ont divisé le monde du basket angolais.

Ceux qui ne trouver pas l’importance de la venue du trophée, ceux qui par curiosité voulez coûte que coûte voir de près ce qu’ils ont toujours l’occasion de voir sur leur petit écran et une troisième voix qui estimait que le mieux était d’amener l’équipe championne du playoffs de la NBA à Luanda à défaut organiser un match amical avec la sélection nationale.

Le trophée est venu, il a été présenté, il est donc inutile de continuer à quereller sur ce dossier. Souhaitons que cette présentation du trophée nord-américain nous aide à développer notre basketball qui malgré la présence des joueurs d’origine américaine continue toujours amateur. Que nous soyons enfin en mesure d’organiser un championnat digne d’être appelé « national » avec des équipes professionnelles dans les 18 provinces que composent notre pays et enfin être en mesure de défendre valablement les couleurs nationales sur des grands rendez-vous planétaire.

Que notre position d’hendé-champion d’Afrique nous aide à créer des infrastructures durables et nous facilite des échanges avec d’autres clubs (américains, européen, asiatique, etc) pour enfin gagner de l’expérience qui nous a toujours fait défaut dans de complétions de haut niveau tel que la coupe du monde et les jeux olympiques.

Au risque de choquer certains, humm le contribuable angolais n’a pas se plaindre (de toute les façon c’est la Super Sport qui a supporté la facture) et ça m’a fait du bien de voir ce joujou bien en face, même si j’aurais aussi voulu voir mon joueur chouchou Tony Parker.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *