Afghanistan ou le bourbier vietnamien

imageDéfaite amère, fuite honteuse; ils ont créé l’homme taliban pour vaincre les Russes, l’homme taliban les a vaincus, eux. Telle pourrait être la première phrase d’un roman de 13 ans d’une tragédie semée d’échecs et d’embûches. Dimanche, lors d’une courte cérémonie au sein du quartier général de l’Isaf, la force de l’Otan en Afghanistan a donc officiellement baissé son drapeau synonyme d’un départ précipité des troupes combattantes de l’Alliance, qui laissent derrière elles une insurrection talibane en progression.

Ils (les troupes américaines) s’étaient rendus en Afghanistan la tête dans les étoiles. Et pourtant, aujourd’hui, 13 ans plus tard, à l’heure du bilan, le constat est amer, triste et catastrophique. Plus de 3 485 morts côté coalition, des dépenses abyssales, une insurrection qui ne faiblit pas. Ce qui est sûr, les talibans sont devenus plus forts, et la culture du pavot a augmenté de façon exponentielle.

Personnellement, j’ai toujours pensé que l’ennemi à combattre en Afghanistan avait été mal défini. Le terrorisme n’est pas un ennemi ; mais une méthode de combat. Quant à la contre- insurrection talibane, elle aurait pu se révéler gagnante en Afghanistan si l’Otan avait envisagé de rester… 70, 80 voire 90 ans !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *